MAMIAS Laurence

Vers l'Entente

En tant que médiateure professionnelle, j’accompagne les personnes qui sont en conflit afin qu’elles puissent trouver leur propre solution pour en sortir et reprendre le chemin de l’entente. Le conflit découle de la dégradation de la qualité relationnelle, avec des mécanismes identifiés, et dans un contexte où l’émotionnel vient prendre une place prépondérante.

La médiation professionnelle est donc un secteur d’activité qui concerne la vaste discipline des relations humaines : le rétablissement de la bonne qualité relationnelle, mais aussi son établissement dans le cadre d’un projet relationnel, ainsi que son entretien. C’est la seule méthode de résolution des différends par libre décision. En effet, j’interviens dans le conflit en tant que tiers, avec comme seul parti-pris celui de l’entente des parties, sans autre référentiel d’autorité, juridique ou morale. Cette posture, accompagnée de la mise en œuvre de techniques et d’un processus structuré efficace, garantit aux parties de devenir des acteurs libres de leur décision.

Ma mission est d’amener les personnes à trouver ensemble et librement, leur propre solution dans la confiance.

J’interviens auprès des entreprises qui sont confrontées à des conflits pour faire de la résolution, mais également en amont des différends, pour proposer de la prévention, ou de l’amélioration de la qualité relationnelle. Etre en relation, ça s’apprend. Et c’est tant mieux !

J’interviens aussi pour des médiations conjugales, familiales, ou des problèmes de voisinage.

J’anime également des ateliers de découverte de la qualité relationnelle auprès des écoles, collèges et lycées, et des conférences sur la médiation professionnelle auprès des réseaux d’entreprises.

Située à Clisson, ma zone d’intervention principale est la Loire Atlantique (Nantes), le Maine et Loire (Cholet) et la Vendée (La Roche-sur-Yon).

Interview

Q quel est la posture du médiateur professionnel ?

j’interviens dans le conflit en tant que tiers, avec comme seul parti-pris celui de l’entente des parties, sans autre référentiel d’autorité, juridique ou morale. Cette posture, accompagnée de la mise en œuvre de techniques et d’un processus structuré efficace, garantit aux parties de devenir des acteurs libres de leur décision.
Ce parti-pris de l’entente se décline également avec l’indépendance du médiateur professionnel vis-à-vis de toute autorité, son impartialité vis-à-vis des parties, et sa neutralité vis-à-vis de la solution retenue pour sortir du conflit. Pour cela, je m’engage à respecter le Code d’Ethique et de Déontologie de la Médiation (le CODEOME) et je suis membre de la chambre syndicale des médiateurs professionnels, la CPMN.

Q quel est votre accompagnement principal ?

Dans la pratique, je fais de l’accompagnement au changement, en faisant réfléchir les personnes sur leur propre mode de communication, de prise de décision, en les aidant à prendre de la distance par rapport à leur référentiel, à créer de l’espace en eux, et en les amenant à devenir contributeur du bien-être de l’autre, c’est-à-dire quitter l’adversité pour entrer dans le monde de l’altérité.

Q c'est quoi, l'altérité pour vous ?

C'est tout simplement que l'autre est un autre. c'est tout. Et pas un autre moi-même, ou une prolongation de moi. Nous sommes différents. Le travail consiste à le reconnaitre. Je n'ai accès au monde de l'autre qu'à travers nos interactions en communication. C'est dire s'il y a des obstacles sur le chemin de la qualité relationnelle ! La bonne nouvelle, c'est que les compétences des médiateurs se transmettent aux parties lors de chacune de leurs interventions.